Îlots de chaleur : le manque d'espaces verts aggrave le phénomène en ville

novembre, 2018

Les dépassements de températures moyennes sur les normales observées sont plus nombreux ces vingt dernières années. Ceux-ci impactent directement nos espaces urbanisés et nos modes de vies. Ces vagues de chaleur fragilisent les populations les plus vulnérables (enfants en bas âges, séniors, travailleurs extérieurs, sans-abris) et augmentent le risque sanitaire lié à la pollution atmosphérique. 
D’un avantage certain l’hiver en limitant les besoins énergétiques liés au chauffage, la densité de la ville, l’été, crée des îlots de chaleur  où les températures sont supérieures à celles enregistrées dans les espaces ruraux périphériques. De plus, cette chaleur se dissipe plus difficilement la nuit, les surfaces minérales restituant l’énergie emmagasinée durant la journée. 
Cette note abordera cette notion d’îlot de chaleur et ses caractéristiques avant de présenter une série de dispositions limitant leurs présences, notamment en ville. 

Îlots de chaleur : le manque d'espaces verts aggrave le phénomène en ville