Observatoire des mobilités n°1

juillet, 2013

L’habitant est à la source des politiques d’aménagement du territoire ; il définit l’espace par la manière dont il l’occupe, dont il le parcourt ; il s’approprie donc son environnement par ses usages et ses modes de vie. La mobilité traduit l’appropriation de l’espace. Les déplacements effectués sont une mesure possible de l’attractivité d’un territoire. C’est par le confort, la rapidité et la qualité de ces déplacements que l’on peut appréhender la performance de l’aménagement du territoire. Ce premier numéro de l’Observatoire des Mobilités a donc pour ambition de proposer un diagnostic, une photographie des déplacements sur le territoire de la région rémoise. Ces éléments de diagnostic ont vocation à alimenter les réflexions autour du processus de révision du Schéma de Cohérence Territorial de la région rémoise (SCoT2R). A partir de ce diagnostic, l’observatoire porte un regard vers les futurs possibles pour les différents déplacements, et s’attache à proposer quelques éléments qualitatifs pour la prospective. Enfin, si les déplacements sont le moyen de relier les territoires, ce sont aussi différentes façons de créer du lien social, de réaliser certaines des aspirations de chacun, et de s’épanouir en société. Une première approche concernant les modes de vie sera donc proposée dans ce numéro ainsi que dans les suivants, afin d’entrevoir la façon dont les évolutions sociales et les aspirations se réalisent. Les informations proposées par ce numéro ont donc vocation à évoluer, dans le seul but d’appréhender la diversité des pratiques de mobilités. L’objectif est alors de proposer aux aménageurs un état des lieux régulièrement mis à jour, aux décideurs un document d’orientation cohérent avec les réalités, et à chacun quelques pistes de réflexion

Observatoire des mobilités n°1