Observatoire des mobilités n°2

juin, 2015

Objet

Le dynamisme d’un territoire se mesure en partie grâce aux échanges avec les territoires voisins. Parmi les nombreuses relations possibles entre deux communes, les relations Domicile-
Travail sont révélatrices des interdépendances entre différents bassins de vie, lieux d’emplois et lieux d’habitations.

Dès lors, les espaces vécus par les actifs lors de leurs déplacements Domicile-Travail sont des échelles de réflexion pertinentes pour l’aménagement du territoire. Ce sont ces espaces que tente d’identifier ce second numéro de l’Observatoire des Mobilités.

Méthodologie

La présente analyse est principalement issue des données de 2011 de l’INSEE contenue dans la base MobPro. Cette dernière propose des informations représentatives des déplacements Domicile-Travail à partir d’un échantillon d’actifs (occupés) de références. Ainsi, l’étude pré-sentée ici s’appuie par exemple sur des données représentant un volume d’environ 200 000 allers et retours quotidiens au sein de la région rémoise. Ce parti pris pourra être nuancé au regard de l’organisation du travail. En effet, un déplacement domicile-travail sur une journée ne
signifie pas forcément un retour dans la même journée. 

Sont également comptabilisés ici les trajets des actifs qui travaillent dans leur commune de résidence. 

Restriction

Les données disponibles présentent la situation de 2011. Les évolutions qui ont eu lieu depuis ne sont donc pas accessibles. De plus, les trajets domicile-travail sont les trajets historiquement
les mieux dénombrés et les mieux documentés. En revanche, ils ne représentent pas la totalité des déplacements. On estime qu’environ un tiers du temps de déplacements a pour motif les achats, les sorties ou les loisirs (INSEE – Portrait social de la France 2009).